Archives

Lettre de solidarité envers les défenseures du territoire

Merci à tous ceux qui ont participé à notre campagne de signature!

La Déclaration de solidarité avec Angélica Choc et toutes les femmes défenseures de l’eau, la terre, la vie et le territoire à été signée par 83 organisations et plus de 650 personnes, et ce en seulement quelques jours!

Solidarité internationale avec les femmes défenseures et tous ceux qui défendent l’eau, la terre, la vie et le territoire

29 septembre de 2016

Nous exprimons notre solidarité avec Angelica Choc et sa famille suite aux coups de feu tirés contre sa maison le vendredi 16 septembre 2016. L’attaque s’est produite juste après minuit. Quatre balles ont percuté les murs de sa demeure, alors qu’Angelica et ses deux enfants y dormaient. Cette plus récente attaque survient alors que le procès criminel pour le meurtre du mari de Choc, Adolfo Ich, tué le 27 septembre 2009, tire à sa fin. Au Canada, la poursuite au civil relative à l’assassinat d’Alfonso et à d’autres violations de droits humains par les mêmes accusés est en évolution.

Tel que reporté récemment par Amnistie Internationale, l’augmentation du nombre d’attaques contre les défenseur(e)s de la terre et de l’environnement en Amérique latine commises par les compagnies extractives internationales est alarmante. Un grand nombre de ces attaques ont été perpétrées contre des femmes autochtones. Nous tenons pour responsables les compagnies impliquées dans ces actes de violence, mais également leurs pays d’origine et les pays hôtes, qui supportent de multiples manières l’expansion corporative et les intérêts des investisseurs. Ces pays ignorent la répression, les violations de droits humains, ainsi que les désastres environnementaux liés à ces mêmes intérêts économiques. Les menaces sérieuses contre Angelica et les autres victimes impliquées ont été répétitivement dénoncées par des organisations nationales et internationales. Nous supportons son courage et sa lutte pour la justice dans le cas de l’assassinat de son mari.

Adolfo Ich était une autorité ancestrale autochtone Maya Q’eqchi’ et professeur dans la communauté de La Union, El Estor. Le jour de son assassinat, il entendit des coups de feu près d’un terrain de soccer où des manifestants s’étaient rassemblés suite aux craintes d’évictions illégales de leurs terres par la police et des gardes de sécurité privés. Ces derniers travaillaient au nom de la compagnie canadienne Hudbay Minerals ainsi que sa filière guatémaltèque de l’époque, CGN (Compania Guatemalteca de Niquel).

En tant que membre respecté de sa communauté, Adolfo s’est déplacé dans la région pour restaurer le calme. Il était entre autres reconnu comme étant un franc opposant à la mine. Selon les témoins, il fut attaqué dès son arrivée sur le site par des membres de la sécurité dirigée par Mynor Padilla, un ancien colonel militaire et chef de sécurité de la Hudbay Minerals/CGN. Adolfo fut alors battu, attaqué à la machette et abattu à arme blanche. Il est mort de ses blessures.

Le procès criminel contre Mynor Podilla, accusé d’avoir assassiné Adolfo et d’avoir causé des blessures graves à German Chub, traîne depuis plus d’un an et demi au Guatemala. Plus tôt cette année, la juge, affirmant se sentir menacée, a ordonné la tenue du procès à huis clos, empêchant ainsi la présence de journalistes ou d’observateurs internationaux dans la salle. Le procès fut parsemé d’importantes irrégularités procédurales ainsi que d’allégations de racisme de la part des plaintifs concernant la juge. La longueur et les difficultés des procédures ont causé d’importants fardeaux à madame Choc, sa famille, ses supporteurs et ses avocats. Choc a dénoncé d’autres attaques contre sa personne depuis l’ouverture du procès au Guatemala en mars 2015.

En Amérique latine, plusieurs militantes et militants sont fréquemment attaqués et tués pour avoir défendu l’accès à l’eau ou au territoire.

Nilce de Souza Magalhães, connue sous le nom de Nicinha, fut assassinée au Brésil en janvier 2016 après avoir dénoncé des violations de droits humains commises par le consortium responsable du projet hydro-électrique Jirau, appelé également Energia Sustentável do Brasil (ESBR). Militante pour le Mouvement mexicain des personnes affectées par les barrages (MAB), elle faisait partie à ce moment d’un regroupement de pêcheurs qui tentaient de protéger la rivière ainsi que les moyens de subsistance des habitants du village. En raison de son leadeurship et de sa lutte acharnée, elle fut plus tard torturée et assassinée avant d’être attachée à une roche et jetée dans la rivière.

En mars 2016, au Honduras, Berta Cáceres, de la communauté autochtone Lenca et récipiendaire du prestigieux prix Goldman pour son travail dans la défense de l’eau et des rivières sur son territoire contre le projet du barrage Agua Zarca, fut assassinée dans sa maison. Un autre activiste à la tête d’Otros Mundos/Friends of the Earth Mexico, Gustavo Castro Soto, a lui aussi échappé de justesse à un tir à bout portant lors de cette même attaque. Cáceres était la chef du Conseil civil des organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH). Depuis son assassinat, deux autres membres de la même organisation, Nelson Garcia et Lesbia Janeth Urquía, ont eux aussi été tués. Les menaces et les attaques contre le COPINH ont continué en réponse à leur résistance vis-à-vis le barrage hydro-électrique et les concessions minières sur le territoire autochtone lenca. À travers les recherches insatisfaisantes concernant le meurtre de Berta, six hommes furent arrêtés jusqu’à présent, dont deux directement liés à la Corporation hondurienne d’énergie (DESA en espagnol). La famille de Berta Cáceres ainsi que le COPINH questionnent ces arrestations, soupçonnant que les réels auteurs de l’assassinat de Berta se trouvent en réalité dans les hautes sphères du gouvernement et de l’armée.

La même fin de semaine de l’attaque à la maison d’Angelica Choc, une autre récipiendaire du prix Goldman fut battue après qu’une attaque armée se soit produite dans sa demeure, au Pérou. La paysanne Maxima Acuña de Chaupe, franche opposante au plus grand projet de mine d’or d’Amérique Latine, et son partenaire, Jaime, furent sévèrement blessés par un homme armé dimanche le 18 septembre. La fille de Acuña a reporté que l’attaque était dirigée par la sécurité du project minière Conga, de la compagnie minière américaine Newmont.

Au Mexique, dans l’État de Colima, Esperanza Salazar, la coordinatrice de Bios Iguana A.C et membre du Réseau mexicain pour les personnes affectées par les mines (REMA en espagnol), a récemment été contrainte d’abandonner sa maison et son travail suite à l’intimidation et aux multiples menaces qu’elle recevait. Esperanza et d’autres membres de Bios Iguana ont fait face à une stigmatisation constante ainsi qu’à des menaces de la part d’hommes d’affaires et d’acteurs gouvernementaux au courant des dernières années suite à leur accompagnement du Conseil autochtone de défense du territoire à Zacualpan. Le Conseil autochtone fait face à de sérieuses menaces et agressions suite à leur opposition aux concessions minières et hydroélectriques sur leurs terres.

Il y a deux mois, au Guatemala, Aura Lolita Chavez du Conseil K’iche’ des peuples à la défense de la vie, de la mère nature, de la terre et du territoire, qui avait également reçu un grand nombre de menaces de mort et d’attaques, a été publiquement menacée pour avoir parlé contre la déforestation sur le territoire K’iche’.

Pour le septième anniversaire de la mort d’Adolfo Ich, nous réitérons notre solidarité avec Angelica Choc et exprimons notre inquiétude pour elle et tous ceux et celles qui, courageusement, défendent la vie et leur territoire contre les projets extractifs à grande échelle, malgré les risques qu’ils encourent. Nous demandons le respect des droits des communautés à refuser ces projets, et condamnons l’usage de la force (politique, légale et physique) pour leurs mises en œuvre sans la volonté et le consentement des personnes affectées.

Nous nous opposons à l’usage de menaces, d’intimidation et d’attaques violentes par les gouvernements et les compagnies dans le but de réprimer et dissuader les résistances légitimes face à ces projets.

Nous demandons que justice soit faite, et que les auteur(e)s de ces attaques – incluant les auteur(e)s intellectuel(le)s –  soient reconnus responsables et que les défenseur(e)s de la terre et l’environnement obtiennent une juste réparation.

Finalement, nous revendiquons la mise en place des mesures nécessaires afin d’assurer la sécurité des braves femmes et hommes qui se battent pour défendre leurs terres et le bienêtre de leurs communautés.

Organisations:

  1. Above Ground, Canada
  2. Acompañamiento de Austria (ADA)
  3. Activistas de Derechos Humanos
  4. L’AMIE (Aide internationale à l’enfance), Québec, Canada
  5. ARO CoopérAction InterNational, Québec, Canada
  6. Asociación COMUNICARTE Guatemala
  7. Barnard-Boecker Centre Foundation, Canada
  8. BC CASA/Cafe Justicia, British Columbia, Canada
  9. CAREA e.V., Alemania
  10. CASA latino-américaine de Québec, Canada
  11. Center for International Environmental Law (CIEL), U.S.
  12. Cercle des Premières Nations de l’UQAM, Québec, Canada
  13. Chicago Religious Leadership Network on Latin America, U.S.
  14. CoDevelopment Canada, British Columbia, Canada
  15. Colectivo Otto René Castillo, Guatemala
  16. Le Collectif Guatemala, France
  17. Comite Campesino del Altiplano – CCDA, Guatemala
  18. Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), Québec, Canada
  19. Confédération des syndicats nationaux, Québec, Canada
  20. Consejo Indígena Popular de Oaxaca “Ricardo Flores Magon” CIPO-RFM, Mexique
  21. Consensus, Cross-Cultural Communication and Multimedia, Ottawa, Canada
  22. The Council of Canadians
  23. Denver Justice and Peace Committee, U.S.
  24. Earthworks, U.S.
  25. EcoViva, U.S.
  26. Environmental Network for Central America (ENCA), U.K.
  27. L’Entraide missionnaire, Québec, Canada
  28. E-Tech International
  29. Friends of the Earth Canada
  30. Front Line Defenders
  31. Great Basin Resource Watch, Reno, Nevada, U.S.
  32. Grupo Cajola, U.S./Guatemala
  33. Guatemala Human Rights Commission (GHRC), U.S.
  34. Guatemala Research Group, University of Northern British Columbia, Canada
  35. Guatemala Solidarity Network, London, U.K.
  36. Holy Cross International Justice Office, U.S.
  37. Horizons of Friendship, Canada
  38. Inter Pares, Canada
  39. Intercontinental Cry, Canada
  40. KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives, Canada
  41. KAIROS, BC-Yukon region, Canada
  42. Lakes Area Group Organizing in Solidarity with the People of Guatemala, U.S.
  43. Latin American-Canadian Solidarity Association, Canada
  44. Latin America Solidarity Committee—Milwaukee, U.S.
  45. Latin America Task Force of the Interfaith Council for Peace & Justice, U.S.
  46. “Lucha Indígena”, Equipo de Redacción, Perú
  47. Maritimes Guatemala Breaking the Silence Solidarity Network, Canada
  48. Maryknoll Office for Global Concerns, Washington, D.C., U.S.
  49. Maui Peace Action, U.S.
  50. Mining Justice Action Committee (MJAC), Victoria, British Columbia, Canada
  51. Mining Injustice Solidarity Network, Toronto, Canada
  52. MiningWatch Canada
  53. Network in Solidarity with the People of Guatemala – NISGUA, U.S.
  54. New Hampshire/Vermont Guatemala Accompaniment Project, U.S.
  55. No One Is Illegal- Toronto, Canada
  56. Northwatch, Ontario, Canada
  57. North Bay Peace Alliance, Ontario Canada
  58. Office of the Americas, Santa Monica, California, U.S.
  59. The Oscar Romero International Christian Network in Solidarity with the Peoples of Latin America (SICSAL)
  60. Otra Guatemala Ya

Pax Christi International

  1. Pax Christi Southern California, U.S.
  2. Peace Watch Switzerland, Zúrich, Suisse
  3. Plataforma Internacional contra la Impunidad/International Platform against Impunity, Guatemala/Suisse
  4. Portland Central America Solidarity Committee, U.S.
  5. Progressive Leadership Alliance of Nevada, U.S.
  6. Projet Accompagnement Québec-Guatemala, Canada
  7. Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)
  8. Protection International Guatemala
  9. Public Service Alliance of Canada
  10. Radical Action with Migrants in Agriculture, Canada
  11. Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE), Québec, Canada
  12. Rights Action (Canada y U.S.)
  13. Save Our Sky Blue Waters, Duluth, Minnesota, U.S.
  14. Sierra Club of Canada
  15. Sisters of Holy Cross, Canada
  16. Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM), Québec, Canada
  17. Task Force on the Americas, U.S.
  18. La Unidad de Protección a Defensoras y Defensores de Derechos Humanos – Guatemala (UDEFEGUA)
  19. Unitarian Universalist Service Committee, U.S.
  20. United for Mining Justice, Canada
  21. Victoria Central America Support Committee, Canada
  22. WeCount!, U.S.
  23. Wyoming Guatemala Accompaniment Project, U.S.

mar, 10/04/2016 – 12:49 — PAQG