Archives
 

Vers une justice énergétique : Perspectives féministes et décoloniales

Vers une justice énergétique : Perspectives féministes et décoloniales

Dans les communautés autochtones et paysannes, les femmes sont particulièrement affectées par le modèle énergétique hégémonique. Plusieurs mouvements sociaux en Amérique latine et au Québec s’intéressent et se mobilisent face aux enjeux énergétiques et proposent des alternatives pour une justice énergétique qui est porteuse d’une volonté d’élaborer un modèle énergétique populaire, inclusif, juste et respectueux des droits humains et de la nature, tout en permettant le contrôle des sources d’énergie d’une manière décentralisée et démocratique. L’autodétermination et le bien commun sont au coeur de ce concept.

Ce cours vise à échanger des réflexions, des analyses et des expériences de lutte des communautés autochtones, paysannes et locales affecté-e-s directement dans leur territoire par des mégaprojets énergétiques et extractifs, ainsi que d’organisations sociales qui les accompagnent dans leurs revendications. À partir des perspectives féministes et anticoloniales, cette série d’ateliers a été construite collectivement par la participation des mouvements environnementaux et pour la défense du territoire d’Amérique latine et du Québec à partir de leurs intérêts, visions et postures autour de la justice énergétique. Les cinq ateliers participatifs permettront d’explorer divers thèmes présentés par des alliées d’Amérique latine et du Québec pour mieux comprendre la justice énergétique. Cette initiative vise également à contribuer à renforcer des liens de solidarité entre les mouvements sociaux de l’Amérique latine et du Québec afin d’avancer vers un modèle basé sur les principes de la justice et de la souveraineté énergétique.

1er atelier – Énergie pour qui et pour quoi? Énergie comme marchandise ou bien commun?

Lundi le 18 mars à 19h00

MaBrasserie, 2300 rue Holt, Montréal, H2G 1Y4, QC

Quels sont les problèmes liés au modèle énergétique en vigueur? À qui sert-il, qui le contrôle-t-il? Pourquoi avons-nous besoin d’énergie, au niveau individuel et collectif? Ce cours vise à réaliser une analyse critique du modèle énergétique à partir des implications sociales et environnementales des systèmes de production, distribution, de vente et de consommation d’énergie. Des parallèles seront réalisés entre le Québec et l’Amérique latine, à partir des expériences de lutte pour la défense des biens communs.

Dates prochains ateliers:

– 2e atelier – Défis des luttes pour avancer vers une justice énergétique (lundi 1 avril)
– 3e atelier – Capitalisme vert, fausses énergies vertes: vers où va la transition énergétique? (lundi 15 avril)
– 4e atelier – Quelles alternatives face au modèle capitaliste et énergétique? (lundi 29 avril)
– 5e atelier – Convergences entre les luttes autochtones et environnementaux. Quelles actions pour une justice énergétique? (lundi 13 mai)

Programmation sur le site web de l’UPOP: https://bit.ly/2IDtrY6

Cours coordonné par le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), le Projet Accompagnement Québec-Guatemala (PAQG) et Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM), avec des invitées provenant de mouvements sociaux d’Amérique latine et du Québec. Invité-e-s à confirmer.

………………………………………………………………………………………………

En las comunidades indígenas y campesinas, las mujeres son particularmente afectadas por el modelo energético hegemónico. Diversos movimientos sociales en América Latina y en la región de Quebec, Canadá se movilizan y resisten proponiendo alternativas por una justicia energética. Esta debe ser portadora de una voluntad de construir un modelo energético popular, inclusivo, justo y respetuoso de los derechos humanos y del medio ambiente que permita, el control de las fuentes de energía de una manera descentralizada y democrática. La autodeterminación y el bien común son cuestiones centrales de esta noción.

Este curso busca intercambiar reflexiones, análisis y experiencias de lucha de comunidades indígenas, campesinas y locales afectadas por megaproyectos energéticos y extractivos en su territorio. Esta serie de talleres fue construida colectivamente con la participación de movimientos medioambientales y por la defensa del territorio de América Latina y de la región de Quebec, Canadá a partir de sus intereses, visiones y posturas en torno a la justicia energética, a partir de perspectivas anticoloniales y feministas. Esta iniciativa busca igualmente contribuir a fortalecer los lazos de solidaridad entre los movimientos sociales de América Latina y de Quebec con el propósito de avanzar hacia un modelo basado sobre los principios de una justicia y soberanía energética.

Lunes 18 de marzo 2019 – Taller Nº1 “Energía para qué y para quién?: Energía como mercancía o bien común?” (invitadxs a confirmar).

Cuáles son los problemas ligados al modelo energético actual? A quién sirve?, Quién lo controla? Porque necesitamos energía, a nivel individual y colectivo? Este taller busca realizar un análisis crítico del modelo energético a partir de las implicaciones sociales y medioambientales de los sistemas de producción, distribución, de venta y de consumo de energía. Paralelos serán realizados entre la región Quebec, Canadá y América Latina, a partir de las experiencias de lucha por la defensa de los bienes comunes.

Fechas próximos talleres :

– Lunes 1ero de abril 2019 – Taller Nº2 “Desafíos de las luchas para avanzar hacia una justicia energética”
– Lunes 15 de abril 2019 – Taller Nº3 “Capitalismo verde, falsas energías verdes: hacia dónde va la transición energética?”
– Lunes 29 de abril – Taller Nº4 “Qué alternativas frente al modelo capitalista y energético?”
– Lunes 13 de mayo – Taller Nº5 “Solidaridad y convergencias entre las luchas de movimientos indígenas y medioambientales. Qué acciones para una justicia energética?