RÉCLAMEZ UNE ENQUÊTE POUR CRIMES COMMIS CONTRE LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS DANS LE CAS « ÉCOCIDE »

En moins d’une semaine, l'activiste environnemental Rigoberto Lima Choc a été assassiné et trois autres ont été kidnappés dans le nord du Guatemala pour avoir dénoncé la contamination environnementale causée par la compagnie Reforestadora de Palma de Petén (REPSA).


Signez la pétition afin de réclamer une enquête immédiate ainsi que la protection des défenseurs des droits humains. Ceci est la traduction française de la pétition originale lancée par Guatemala Human Rights Commission.

 

Photo:PrensaLibre


Les habitant-e-s de Sayaxché réclament justice pour l'assassinat de Rigoberto Lima Choc (photo Prensa Libra)

Le 18 septembre, Rigoberto Lima  Choc, un enseignant de 28 ans et activiste autochtone, fut assassiné à la sortie d'un tribunal local à Sayaxché,  par deux hommes en motocyclette. Son meurtre a eu lieu seulement une journée après que la Cour ait ordonné la suspension des opérations de REPSA pour une durée de 6 mois afin qu'une enquête puisse déterminer le rôle de la compagnie dans la contamination de la rivière Pasión. Rigoberto Lima Choc fut l'un des premiers à dénoncer la mort des poissons de la rivière contaminée.


Le même jour, trois défenseurs des droits humains, Lorenzo Pérez, Hermelindo Asij et Manuel Pérez Ordóñez, ont été kidnappées par des suspects non identifiés. Ils ont détenus pendant près de 12 heures, menacés d'être brûles vivants, pour être finalement relâchés le lendemain.


Pendant ce temps, la police locale n'a pas répondu aux appels des résidents, et ce n'est que plusieurs heures plus tard que les représentants de l'Ombudsman des droits humains ont répondu à l'appel, préoccupés par la sécurité de leur propre personnel.


On rapporte des dizaines de milliers de poissons d'au moins 23 espèces qui ont été retrouvés morts, affectant  l'activité économique principale d'au moins 12 000 personnes de 17 communautés. Le désastre écologique fut référé comme «Écocide», par les résidents locaux et les experts.


La contamination semble être directement liée aux rejets des installations de l'usine de transformation de REPSA du mois d'avril. La compagnie a d'abord admis sa responsabilité pour ensuite nier toute implication dans la contamination. La communauté n'a jamais été avertie des rejets de l’usine, mais la contamination de l'eau est rapidement devenue apparente. En juin, Lima Choc avait personnellement porté plainte à Ciudad Guatemala et s'était publiquement exprimé sur le cas.


À la suite de ces événements, GHRC déplore que le gouvernement du Guatemala ne fournisse pas une réponse adéquate à la situation. GHRC exige:


→ Qu’une enquête rapide et impartiale soit menée par les autorités guatémaltèques au sujet du meurtre de Rigoberto Lima Choc, ainsi que pour la détention illégale de trois activistes le 18 septembre dernier; et que soient jugés les responsables de ces actes.


→ Que la police, le bureau de l'Ombudsman pour les droits humains ainsi que les autorités locales de la région du Petén adoptent immédiatement des mesures afin de garantir la sécurité des défenseur-e-s des droits humains dans la région.


→ Que l'enquête sur la contamination de la rivière Pasión se poursuive.

Appuyez les demandes de cette communauté en réitérant vos inquiétudes au Ministère de l'Intérieur, au Procureur Général et à l'Ambassadeur du Guatemala aux États-Unis, via la signature de cette pétition en ligne.