8 mars 2015 contre la militarisation

Éditorial, Laurence Guénette

Ce 8 mars 2015, journée internationale des femmes, des militantes du PAQG et de plusieurs autres groupes solidaires, communautaires, féministes, ont déployé une action symbolique à la Place Montréal Trust au centre-ville de ce qui demeure, ne l’oublions pas, un territoire Mohawk non-cédé. Des images et des messages furent dévoilés au rythme solennel des tambours des femmes des Premières Nations, pour dénoncer les effets de la militarisation et du militarisme sur les femmes dans le monde entier.

8 mars 2015

Photo: Pedro Ruiz, Le Devoir, galerie de photos.

La Puya: 3 ans de résistance

par Paule Portugais

Depuis le 2 mars 2012, la communauté de La Puya de la région de San Pedro Ayampuc se mobilise de manière non-violente afin de stopper le projet minier El Tambor. En bloquant l’entrée du site minier, les opposant-e-s de La Puya défendent leurs droits d’accès à l’eau, à la vie et au bien-être de leur communauté qui sont maintenant en péril depuis les débuts de l’exploitation minière sur leur territoire.

puya

Photo: Guatemala Human Rights Commission

Bulletin février 2015

Accédez ici à la version PDF du bulletin du PAQG du 12 février 2015:

 

Procès de « l’incendie de l’ambassade d’Espagne » : une sentence inespérée et tant attendue de la part de toute la communauté Internationale.

Par Alice Mardelet Santamaria

Peu de temps avant le tragique incendie de l’Ambassade Espagnole qui a eu lieu le 31 janvier 1980 au Guatemala, les paysans du nord du Quiché s’étaient rendus à plusieurs reprises dans la capitale du pays pour exiger du gouvernement la fin de la répression au sein de leurs communautés mais malheureusement leurs revendications s’étaient toutes soldées par des échecs.

Rigoberta

L'accompagnement International: La solidarité autrement!

Ce billet du blogue Un seul monde a été écrit par Laurence Guénette, coordonnatrice du Projet Accompagnement Québec-Guatemala et auteure de la campagne de désinvestissement Le Fil de l'Argent.

 

2015-01-15-paqg.png

Il y a plus de trente ans naissait l'accompagnement comme perspective nouvelle de solidarité internationale. Celle-ci apparut à l'époque en réponse à un désir de miser sur l'action non-violente, sur l'intervention civile plutôt qu'armée, et sur l'initiative populaire plutôt qu'étatique.

Les projets d'accompagnement se sont multipliés, de la Palestine à l'ex-Yougoslavie en passant par l'Amérique latine, avec une grande diversité de contextes, de structures et de visions. Mais les fondations demeurent les mêmes: une solidarité appliquée, contrastant de plusieurs façons avec la coopération internationale conventionnelle. Ce contraste a motivé l'organisation d'un événement qui saurait donner une visibilité à l'accompagnement sur la scène québécoise de la coopération internationale.

Pétition: les OSBL contre la Réforme de la Loi sur le lobbyisme


Voici un article de Bruno Massé paru dans le Huffington Post le 2 octobre 2014 dernier sur la Réforme de la Loi sur le Lobbyisme.

Bulletin des fêtes- Décembre 2014

- Merci aux bénévoles!

CODECA, La privatisation du droit à l’énergie électrique. Impacts socio-économiques et convulsion sociale croissante

Article traduit au français par Collectif Guatemala

Résumé de l’étude proposé par Ollantay Itzamná, pour Prensa Comunitaria.

Le Comité de développement rural (CODECA), en partenariat avec des cybers acteurs tels que rebelion.org, otramerica.com, servindi.org, colarebo.wordpress.com, ccoo-euskadi.net, comunitariapress.wordpress.com, la CNOC et les éditions Cholsamaj y Dysocolo, a publié et partagé un résumé de l’enquête participative intitulée La privatisation du droit à l’énergie. Impacts socioéconomiques et agitation sociale croissante.

Début du procès pour le massacre de l'ambassade d'Espagne

Article d'ACOGUATE paru le 30 septembre 2014, traduction vers le français par le Projet Accompagnement Québec Guatemala.

Le 1er octobre 2014 marquait le début du débat oral et public contre Pedro García Arredondo, chef du sixième Commando de la Police Nationale à l’époque où l’ambassade d’Espagne au Guatemala fut incendiée. Le 31 janvier 1980, trente-six personnes y moururent calcinées. Les victimes, principalement des paysans, cherchaient à obtenir la médiation de l’ambassadeur espagnol d’alors, Máximo Cajal, pour mettre fin à la répression et à la disparition forcée de paysan-ne-s de la région du Quiché. Durant le procès tenu au Tribunal B de Haut Risque, 14 personnes et 6 experts témoigneront, tandis que seront mis à contribution plus de 110 éléments de preuve, dont 7 documents audio-visuels.

Incendie 1980

Photo: Archives de la Fondation Rigoberta Menchu Tum

« Au cours du procès de Ríos Montt ont été publiées des listes noires de personnes, exactement comme pendant la dictature »

Entrevue parue dans EL MUNDO le 29 septembre, traduite vers le français par COLLECTIF GUATEMALA de France.

De justice et de politique, de jet lag, de son époque d’étudiante à Salamanque ou de n’importe quel autre sujet : on voudrait pouvoir discuter souvent avec l’ancienne Procureure Générale du Guatemala, Claudia Paz y Paz Bailey (Ciudad de Guatemala, 1966), ne serait-ce que pour le calme qu’elle transmet, sans même prétendre le faire.

Sa diction posée, une voix douce et quelque peu timide, et le bref sourire aux échos enfantins qu’elle se permet parfois, parviennent à apaiser celui qui écoute Paz y Paz, même s’il vient juste de la rencontrer. Chez elle c’est plus qu’une habilité innée : à de nombreuses reprises, sa tempérance s’est transformée en un recours d’une importance terrible, immense. Presque une stratégie de survie. Comme lorsque, alors qu’elle était à la tête du Ministère Public guatémaltèque, le cartel des Zetas a séquestré un procureur, l’a dépecé et a répandu ses membres dans tout Cobán.

Après que le bureau local de la Procureure a été entièrement démis, Claudia a réuni son équipe à Ciudad de Guatemala. La stabilité du Ministère Public ne tenait plus qu’à un fil. La Procureure Générale a parlé et les esprits se sont calmés. Elle a dit qu’elle irait de l’avant. Et son équipe l’a suivie.