TOURNÉE PUBLIQUE : Ces terres sont à nous!

Les impacts des projets extractifs canadiens sur les droits humains en Amérique centrale

21-26 mars 2017

 

Tragédie au foyer d'accueil "Hogar Seguro"

Le 8 mars 2017, alors qu'on célèbrait au Québec la Journée internationale des femmes, une vingtaine de filles sont décédées lors d'un incendie au foyer d'accueil "Hogar Seguro Virgen de la Asuncion" sous la responsabilité de l'État du Guatemala. Alors que les heures s'écoulaient, le bilan ne cessait d'augmenter. Aujourd'hui, 16 mars, le décompte officiel s'élève à 40 filles tuées, plusieurs dizaines de blessées graves et 9 filles enceintes sauvées.

Le 9 mars, des personnes se sont rassemblées devant le consulat du Guatemala à Montréal pour démontrer leur tristesse et leur colère face à cette tragédie.

Voici quelques photos.  



Pour en savoir plus sur le contexte de la tragédie, lire cet article paru dans Le Monde, avec une contribution de Loic Malhaire. "Guatemala : On suppose que le foyer d'accueil pour enfants était une plaque tournante d'un réseau de prostitution".


De nombreuses actions ont été organisées à travers le monde pour décrier la situation. Voir cet article du Centre des médias indépendants du Guatemala qui répertorie les actions, avec une mention à celle organisée à Montréal. "Indignación internacional grita : Fue el Estado".

Une commémoration aura lieu ce samedi, 18 mars. Voir les détails ici.  


Communiqué de presse : incendie dans un foyer d'accueil

Voici une traduction du communiqué de presse émis par la Red de Sanadoras Ancestrales del Feminismo Comunitario de Iximulew-Guatemala.

CE N’ÉTAIT PAS LE FEU, C’ÉTAIT UN FÉMICIDE ÉTATIQUE

La nouvelle campagne du PAQG : Ceci n'est pas un crime!




Le PAQG lance officiellement sa campagne intitulée « Ceci n'est pas un crime! ». Cette campagne vise à mobiliser et sensibiliser les québécois aux réalités des défenseur-e-s des droits humains d’ici comme d’ailleurs.


Du 27 au 10 mars prochain, nous visiterons 5 villes du Québec accompagnés de deux  défenseur-e-s des droit humains ayant subi les effets de la criminalisation :


- Julio González, activiste impliqué dans la défense du territoire menacé par les activités minières dans la région de Mataquescuintla;
- Lorena Cabnal, du Red de Sanadoras Ancestrales del Feminismo Comunitario de Iximulew-Guatemala, membre de l'Alliance contre la criminalisation des défenseur-e-s des droits humains au Guatemala.

L’entrée est libre à tous nos événements.


Calendrier de nos conférences et partenaires :

 

Ottawa, 28 février 2017

Inter Pares (13h30-15h00)

221 Laurier Est, Ottawa  

 

St-Jérôme, 1er mars 2017

Cégep de St-Jérôme (12h00-13h30)

455, rue Fournier, Saint-Jérôme (Québec), Local à venir

Solidarité Laurentides Amérique Centrale (19h-21h00)

Vieille Gare de Saint-Jérôme (Québec), 160 rue de la Gare 

 

Québec, 2 mars 2017

Clinique de droit international pénal et humanitaire,

Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux et Avocats sans frontières

(11h30 -13h00)

Université Laval, Québec (Québec) Pavillon et local à venir

kldfjsl

Sherbrooke, 7 mars 2017

Amnistie internationale de l’Université de Sherbrooke (12h-13h30)

Agora du Carrefour de l’information - 2500, boul. de l'Université, Sherbrooke (Québec)

Amnistie internationale région Estrie et le Collectif Hamamélis (l’événement est à 19h, mais vous êtes invité.e.s au préalable pour un 5 à 7 d’échanges et de solidarité avec les femmes du monde qui sont en grève pour la Journée internationale des femmes. Des bouchées seront servies!)

Salle le Tremplin - 95, Wellington Sud

 

Montréal, 8-10 mars 2017

8 mars : Participation à  la manifestation organisée par Femmes de Diverses Origines dans le cadre de la journée internationale des femmes (17h)

Lieu de rassemblement : Place du 6 décembre (coin Reine Marie et Côte-des-neiges)

9 mars :
Centre for Gender Advocacy : Indigenous Feminisms and Womanism
(11h30-13h)

Hall Building 760, Université Concordia

Événement Facebook


Réseau d’études latino-américaines, Clinique internationale de défense des droits humains et le Comité pour les droits humains en Amérique latine
(18h00-21h00)

Centre Pierre-Péladeau (salon Orange) 300, boulevard de Maisonneuve Est

Événement Facebook : 

https://www.facebook.com/events/218173441980436/

10 mars : Conférence organisée par le Comité québécois femmes et développement où Lorena Cabnal partagera sa réalité en tant que défenseure du droit des femmes autochtones accompagnées de femmes de Kinshasa et de Colombie  (17h-19h)

Café l’Artère - 7000, Avenue du Parc #102 

 

Pour toute demande d’information ou d’entrevue, merci d’écrire à education@paqg.org

Séances d'information sur l'accompagnement international!

Vous seriez intéressé-e à faire de l'accompagnement international au Guatemala, mais vous aimeriez en savoir plus sur la démarche et nos exigences?

Venez assister à une séance d'information! 

Nous tiendrons des séances dans différentes villes du Québec! 

- Montréal - UQAM : jeudi le 16 février 2017, de 12h45 à 14h, local A-2710

Un triste début d’année pour la défense des droits humains

L’année 2017 s’annonce difficile pour les défenseurs des droits de la personne au Guatemala.

Assassinat de Jeremy Barrios, 22 ans

Le meurtre d’un jeune assistant d’une organisation environnementale témoigne des risques croissants que courent les défenseur-e-s des droits humains

15 novembre 2015

(Ottawa/Toronto/Vancouver/Reno/Washington/Guatemala)

Nouveau rapport : 15 ans de violences liées aux projets miniers canadiens en Amérique latine

Plus de 400 incidents de violence liés à des projets miniers canadiens au cours des quinze dernières années

Un nouveau rapport intitulé « La Marque Canada » suggère que de la violence généralisée fait partie du cours normal des activités de nombreuses compagnies minières canadiennes opérant en Amérique latine.

Mine El Escobal : trois ans après l’état de siège


Anniversaire de la consultation à Mataquescuintla
(photo : ACOGUATE)

 

Traduction par le Collectif Guatemala à partir d'un article publié sur le site d’ACOGUATE.

La rapide expansion de l’industrie extractive en Amérique latine est un phénomène qui a provoqué, en de nombreux endroits, des conflits sociaux et environnementaux. Selon l’Institut centraméricain d’études fiscales, les activités extractives (au Guatemala) « se développent dans un contexte de conflit social, manque de consentement, manque de transparence, faible régulation environnementale et bénéfices fiscaux et économiques questionnables ».